[CRITIQUE] « Malavita », réalisé par Luc Besson.

Aujourd’hui j’avais très envie d’un petit ciné (avant d’aller faire le gros fanboy demain devant Thor), mais j’avais déjà vu tous les films biens à l’affiche. Il ne me restait alors plus qu’à me rabattre sur les films moins bien, en l’occurrence: Malavita ou l’Extravagant voyage du jeune et prodigieux TS Spivet. Comme j’avais oublié mes superbes lunettes 3D à 50 centimes la paire, et que faut pas déconner, j’allais pas en repayer, j’ai opté pour le dernier Luc Besson, en me disant que je me ferai un gros plaisir de cracher dessus ensuite. Verdict?

Malavita

SYNOPSIS: « Fred Blake alias Giovanni Manzoni, repenti de la mafia new-yorkaise sous protection du FBI, s’installe avec sa famille dans un petit village de Normandie.
Malgré d’incontestables efforts d’intégration, les bonnes vieilles habitudes vont vite reprendre le dessus quand il s’agira de régler les petits soucis du quotidien…« 

C’est pas nouveau, je suis loin, et même très très loin, d’être fan du cinéma de Luc Besson. Pour pousser la franchise jusqu’au bout, je vous avoue même que je n’ai aimé aucun de ses films, même ceux jugés « bons » (comme Le Cinquième Élément par exemple, qui fait parti de la liste des pires films que j’ai vu). C’est donc pleins d’à priori que je suis entré dans la salle pour Malavita, qui en plus de ça s’est fait descendre de tous les côtés, pensant assister à un navet sans nom. Et finalement, j’en suis ressorti assez convaincu. Alors non, ce n’est pas un bon film, c’est même médiocre si on le prend tel quel, mais ce qui est assez beau à voir, c’est la façon dont Besson se sert de cette médiocrité assumée, qui vire souvent à la parodie, pour en tirer une force comique qu’on est loin de soupçonner au premier abord. Malavita est donc, en gros, un bon plaisir coupable, qui n’est pas dénué de qualités.

MALAVITA

Je vais tenter une comparaison qui me vaudra peut-être quelques reproches, ou hurlements indignés, mais y’a un petit côté Robert Rodriguez dans Malavita qui est ce penchant de faire du n’importe quoi, de l’absurde, en mode « rien à foutre de tout », pour faire rire. Ne nous méprenons pas non plus, on est très très loin de l’ambiance et de l’humour tordant des films de Rodriguez, néanmoins on notera ici une volonté assez plaisante, quoi qu’un peu naïve, de faire un truc bien sympa, et, c’est le cas. On se plaira à rire de la façon grossière dont Besson use de clichés (le camembert, les francs, le débarquement) pour définir la Normandie dans laquelle son histoire prend place, et de la vision que les français ont des américains (le beurre de cacahuètes, le coca, les mafieux en costards chapeaux, etc.). Mais la meilleure bonne idée du film, même si elle est tout sauf originale, c’est de faire agir une famille de déglingués, vivant dans le crime depuis toujours, dans la vie de tous les jours, et dans des intrigues complètement dénuées de véritable intérêt, qui donnent un bon lot de scènes assez mémorables dans leur genre. Mais, c’est un tout qui manque cruellement d’ambition vu le sujet abordé, soit: la mafia. Le film fait dans l’hyper-violence, mais ne le fait pas de façon assez marquée, c’est beaucoup trop gentil, et il manque ce côté dégueulasse, gore, et un peu malsain, qui aurait pu en faire un film vraiment jouissif. Hors, Besson fait le choix malheureux de faire un film pour la famille (ce qui est au final plutôt raccord avec le sujet), au détriment d’un vrai spectacle plus adulte.

Si vous vous demandez maintenant ce qui a bien pu faire pencher la balance en la faveur du film, et qui fait que je serai donc très indulgent avec celui-ci, et surtout, avec sa note, et bien là encore je vais être franc, c’est Dianna Agron. C’est pas Robert de Niro, c’est pas Tommy Lee Jones, c’est pas Michelle Pfieffer, c’est cette jeune blonde de 27 ans ultra sexy que l’on découvre au cinéma dans un rôle conséquent pour la toute première fois. Est-ce que je perds toute objectivité parce que je suis un fan pur et dur de la série Glee? Oui, absolument. Néanmoins, la voir camper ce rôle d’adolescente nunuche psychopathe et hystérique, qui défonce la tronche d’adolescents boutonneux à coups de raquettes de tennis, a déclenché en moi des fous rires incontrôlables à tel point que j’en viendrai à rêver d’un film entièrement centré sur son personnage (mais espérons que mon rêve ne reste qu’un rêve quand même) qui est, de loin, le plus réussi du film. Bref, cette fille a énormément de talent, on ne peut donc qu’espérer qu’on lui offrira plus de rôles importants à l’avenir (mode fanboy désactivé).

Malavita

Y’a pas vraiment grand chose de plus à dire sur ce Malavita, si ce n’est qu’il m’a prouvé que Luc Besson était quand même capable de faire un film sympa, qui tient la route, même s’il souffre de quelques longueurs et d’une fin qui se prend un poil trop au sérieux. Néanmoins, malgré ses défauts et sa médiocrité assumée, autant sur le scénario que sur les diverses situations et événements, c’est un bon gros plaisir coupable, bien drôle, qu’on regrettera pas d’avoir vu. Mais franchement, quand on va voir un film qui a comme producteur exécutif Martin Scorsese, on s’attend quand même à quelque chose de beaucoup moins crétin, et qui ne se contente pas de faire une scène, très facile, qui fait une allusion (certes, vraiment très drôle, encore plus quand De Niro est au coeur de cette même scène) à Les Affranchis.

3 étoiles

Publicités

4 réflexions sur “[CRITIQUE] « Malavita », réalisé par Luc Besson.

  1. (je tente de poster un commentaire, pour voir si ça remarche)
    C’est bête que tu n’ais pas été voir « T.S. Spivet » ! Tout le monde a des préjugés dessus, alors que le film est bien plus grave et pessimiste que ne le laisse transparaître la promo, avec en plus une 3D fort bien utilisée! En tout cas, je ne peux que te conseiller d’aller voir le Jeunet la semaine prochaine – moi même qui n’ai pas trouvé sa filmo très intéressante depuis Delicatessen, j’ai vraiment beaucoup aimé!

    Par rapport à Malavita, pas encore vu, mais comme toi, Besson m’a jamais trop intéressé, et depuis « Jeanne d’Arc » il enchaîne les bouses atroces. J’ai un programme assez chargé (avec les 2 parties de Heimat, Snowpiercer, Blood Ties et Un Château en Italie) mais je me laisserai peut-être tenter en rattrapage. Mais va voir « T.S. Spivet », je suis persuadé que tu vas aimer. C’est d’ailleurs tout sauf un film bête pour enfants.

    • C’est bon ça marche ^^

      Ouaip ne t’en fais pas, j’ai bien l’intention de me laisser tenter par TS Spivet aussi, c’est juste que, comme tu l’as dit, cette semaine est très chargée. J’irai le voir en début de semaine prochaine, histoire que ça me fasse patienter en attendant Inside Llewyn Davis, ma dernière plus grosse attente de l’année!

      • Fin d’année chargée effectivement. Entre le Bong Joon-ho, le Coen, le Gray, le Mandela de Chadwick, le Hobbit et Carrie, je m’entends plus penser de mon côté.

  2. Pour Besson, il a quand même deux très bons films à son actif: Le grand bleu et Léon. Nikita et Subway étaient bons, le reste, je dois l’avouer…à partir du 5e élément…

    Je n’ai pas vu Malavita, mais c’est typiquement le genre de films que je verrai en vidéo, le jour où j’aurai deux heures à tuer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s